Plus de 40 faux «agents immobiliers» écartés durant le 1er semestre 2016

Plus de 40 faux «agents immobiliers» écartés durant le 1er semestre 2016

Mercredi 17 août 2016

Durant ce 1er semestre, les détectives de l’IPI ont ouvert près de 300 dossiers pour exercice illégal de la profession d’agent immobilier. Précisément : 292 nouveaux dossiers (120 en néerlandais, 172 en français).

Afin de protéger la profession, l’IPI cherche en permanence les personnes qui exercent illégalement en tant qu’agent immobilier et les poursuit en justice s’ils ne se régularisent pas. Cette mission est celle du service «dépistage » de l’IPI au sein duquel opèrent des détectives privés. Tous les dossiers ne débouchent pas sur un passage devant les tribunaux. Par exemple parce que la plainte ou la demande concerne un employé d’agence immobilière ou un syndic copropriétaire. Mais s’il s’avère qu’il y a bel et bien exercice illégal de la profession, la personne a le choix : elle peut soit se régulariser et parcourir le trajet d’agréation comme tout agent immobilier soit mettre immédiatement un terme à ses activités. À défaut, l’Institut n’hésite pas à aller en justice.

Ce fut le cas à 24 reprises en ce 1er semestre 2016. Ce qui a débouché sur 21 jugements positifs (17 ordonnances de cessation et 4 exécutions d’astreintes). Les 3 autres cas ont été régularisés avant le passage devant le tribunal.

Avec ces 21 jugements (qui concernent parfois plusieurs personnes physiques ou morales) et les personnes régularisées, on dénombre plus de 40 faux «agents immobiliers» ayant été écartés sur ce 1er semestre 2016.

Pour rappel, ces dossiers ont été ouverts à la suite de plaintes ou de demandes d’info de consommateurs ou d’agents immobiliers agréés ou encore, sur base de recherches proactives des détectives privés. Pour porter plainte auprès du service dépistage lors d’un soupçon sur une personne qui exercerait illégalement, un simple mail adressé à depistage@ipi.be suffit.