La Belgique efficace contre le blanchiment d'argent

La Belgique efficace contre le blanchiment d'argent

Mercredi 8 juillet 2015


La ctif (cellule de Traitement des Affaires Financières) vient de rendre public son rapport d’activités 2014. Elle constate une augmentation exceptionnelle des déclarations de soupçon (+21 % par rapport à 2013) et une hausse significative de nouveaux dossiers ( 6.978 contre 5.063 en 2013 et 4.001 en 2012 – soit respectivement +37% et 25%).
 
Plusieurs actions sont à la base de ces chiffres encourageants : une collaboration renforcée des établissements de crédit, la Banque Nationale, b-post, les notaires et établissements de paiement ; les communications du SPF Finances. Sa cellule d’analyse stratégique a détecté en 2014 de nouvelles techniques polycriminelles et internationales et s’est intéressée au développement d’internet, de la monnaie électronique (p.ex. Bitcoins)  et des systèmes de paiement électronique, qui contribuent à diversifier et à complexifier les techniques de blanchiment d’argent. Elle s’est également penchée sur le financement du terrorisme.

Mais un phénomène important et inquiétant fait tirer la sonnet d’alarme de la ctif : la main d’œuvre clandestine dans le secteur de la construction ou du nettoyage industriel.

Plus qu’une fraude sociale, il s’agit ici de trafic d’êtres humains et de l’exploitation économique de migrants, venus chercher l’eldorado ou fuir leur pays en chaos politique ou économique.
 
Forte de ses actions, la Belgique a récemment été notée positivement par le GAFI (Groupement d’Action Financière crée par le G7 en 1989). Il lui accorde 4 notations « significatif » et l’évalue efficace en matière de lutte contre le blanchiment d’argent mais doit poursuivre ses efforts essentiellement dans le cadre du processus de déclaration à la ctif, surtout en effectuant plus de contrôles sur place, notamment dans le secteur financier.
 
Consulter l’entièreté du rapport