L'agent immobilier

Un agent immobilier est un professionnel de l’immobilier agréé par l’Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) et qui est soumis aux règles déontologiques du Code de déontologie.

En effet, pour être actif en tant qu'agent immobilier indépendant, il faut disposer d’une agréation de l’IPI. Car, tout comme le métier d’architecte ou de comptable, la profession d’agent immobilier est strictement réglementée. L’IPI contrôle l’accès à la profession et veille au respect des règles déontologiques.

Si vous voulez être certain de vous engager avec un agent immobilier agréé, consultez la liste des agents immobiliers agréés.

 

Trois professions

Au sein de la profession d’agent immobilier, on distingue en réalité trois professions, à savoir l’agent immobilier-courtier, l’agent immobilier-syndic et l’agent-immobilier régisseur. Un agent immobilier exerce une ou plusieurs de ces activités.

  1. L’agent immobilier-courtier est la personne intervenant dans la relation entre l’acquéreur et le vendeur ou entre le bailleur et le locataire, en réunissant ces parties. Il apporte, pour le compte de tiers, une aide déterminante en vue de la vente, l’achat, l’échange, la location ou la cession de biens immobiliers, droits immobiliers ou fonds de commerce.
  2. L’agent immobilier-syndic gère pour sa part les parties communes des copropriétés dans des immeubles d’appartements ou des groupes de bâtiments en copropriété forcée. 
  3. Enfin, le régisseur se voit confier par un propriétaire privative la gestion de biens ou de droits immobiliers ne relevant pas du domaine du syndic. 

 

Rompus aux matières essentielles

Grâce à la professionnalisation constante des agents immobiliers et au contrôle assuré par l’IPI, l’agent immobilier agréé constitue une plus-value incontestable. Non seulement pour ce que l’on peut considérer comme l’une des transactions les plus importantes dans la vie d’une personne, à savoir l’achat ou la vente d’un bien immobilier, mais aussi pour la mise ou la prise en location d’une habitation.

En outre, les syndics apportent également un plus dans la gestion et le bon fonctionnement de (co)propriétés, certainement à une époque comme la nôtre où la législation et les règles du jeu deviennent de plus en plus complexes dans tous ces domaines. Réaliser des estimations, accompagner des financements, rassembler les documents et attestations nécessaires, se familiariser avec les clauses spéciales ou suspensives dans des contrats, mener des négociations, réunir des personnes ... autant d’étapes délicates et de frais que l’on ne rencontre pas tous les jours.

En somme, l’agent immobilier est confronté quotidiennement à ces matières et en connaît toutes les difficultés et sensibilités. Vous pouvez lui faire confiance, car l’exercice de cette profession est strictement réglementé par l’Institut professionnel des agents immobiliers.

C’est précisément pour cette raison qu’il est si important de lutter contre les faux agents immobiliers, qui ne sont pas agréés, ne disposent pas d’un compte de tiers, ne sont pas soumis à un code de déontologie, ne doivent pas suivre de formations continues et ne peuvent donc pas donner de garanties ou de certitudes, ce qui fait d’eux de véritables usurpateurs, mais certainement pas des agents immobiliers. Tout comme les charlatans ne sont pas médecins ou les dessinateurs ne sont pas architectes.

 

 

Pourquoi un agent immobilier ?

Si vous souhaitez vendre ou louer un bien immobilier, il ne vous suffit pas de publier une annonce sur Internet ou d’accrocher une pancarte. Pour bien comprendre toutes les particularités, vous pouvez soit faire appel à l’expertise détaillée d’un agent immobilier ou choisir de vous en charger vous-même.

Posez-vous préalablement les questions suivantes :

  • Disposez-vous des compétences et du temps nécessaires pour réaliser une étude de marché avant de lancer le processus de vente/d’achat ou de location ?
  • Avez-vous suffisamment de temps à consacrer aux autres études et à la préparation, à l’accompagnement de candidats-acheteurs et à la visite du bien ?
  • Possédez-vous les informations nécessaires concernant le bien (attestations et certificats) ?
  • Êtes-vous en mesure de transformer les déceptions ou l’aversion en une attitude (constamment) positive ?
  • Avez-vous des connaissances juridiques suffisantes en matière immobilière ?
  • Disposez-vous de solides connaissances financières et fiscales ?
  • Portez-vous un regard réaliste et dénué de toute émotion sur la valeur du bien ?
  • Êtes-vous capable de demander discrètement des informations au candidat-acheteur/locataire ou de donner des infirmations privées au vendeur/bailleur en termes de patrimoine, de revenu ou de solvabilité ?
  • Avez-vous accès au marché du crédit ?
  • Avez-vous une bonne expérience en matière de négociation ?
  • Êtes-vous très patient ?

Si vous avez répondu par « non » à quelques-unes de ces questions, il est certainement opportun de recourir aux services d’un agent immobilier. En effet, ce dernier mettra tout en œuvre pour :

  • définir la valeur de vente, d’achat ou de location ;
  • constituer un dossier complet, contenant toutes les pièces nécessaires (attestation du sol, attestation électrique, certificat de performance énergétique, etc.) ;
  • vérifier l’absence d’objections légales (hypothèques, dettes, urbanisme, etc.) ;
  • discuter des problèmes locatifs ou les résoudre ;
  • attirer l’attention d’acheteurs/de vendeurs et de locataires/bailleurs, ainsi que de ses collègues, sur la propriété ou le bien demandé ;
  • organiser les visites ;
  • conseiller les acheteurs à propos de systèmes de primes, de formes de crédit, de permis, etc. ;
  • mener patiemment et en connaissance de cause des négociations financières, fiscales et juridiques avec l’acheteur/le vendeur ou le locataire/bailleur ;
  • trouver un accord et établir un compromis de vente ou de location de gré à gré ;
  • parachever la vente jusqu’à la signature de l’acte authentique chez le notaire ;
  • régler la question de la garantie locative.

Pourquoi un syndic ?

Le syndic d’une copropriété est un véritable homme à tout faire, c'est votre "couteau suisse". Il doit notamment disposer de connaissances financières, fiscales, juridiques et architectoniques suffisantes, directement ou indirectement liées à sa fonction. Pour pouvoir remplir sa tâche, il doit avoir un sens aigu de l’organisation, notamment pour résoudre les problèmes qui accompagnent la gestion d’un bien. Il veille à ce que le bien, qui lui a été confié en sa qualité de gestionnaire, devienne et reste un investissement sans faille.

Le syndic professionnel doit faire face à des exigences sévères en matière de déontologie, d’honneur et de solvabilité. L’exploitation, l’entretien et la conservation d’un bien immobilier ainsi que l’organisation et le traitement des fonds qui s’y rapportent requièrent une fiabilité maximale.

Il est évident que, dans le cadre de leur fonction, les syndics ont un impact important sur la vie des copropriétaires. Parce qu’une gestion (trop) bon marché n’est pas nécessairement synonyme de bonne gestion, il est préférable d’opter pour la qualité et la sécurité. Ce que vous apportera un syndic professionnel.

Pourquoi un régisseur ? 

Le régisseur...

  • s’occupe, à la place du propriétaire, des problèmes potentiels et réels entre locataire et bailleur ;
  • participe aux recherches pour trouver le bien immobilier répondant le mieux aux attentes d’un investisseur et étudie le rendement possible à cet égard ;
  • assiste l’investisseur dans la transaction proprement dite ;
  • fixe, sur la base d’une connaissance approfondie du marché locatif, le montant de loyer optimal pour chaque mise en location ;

Pour confier un portefeuille immobilier à un régisseur, il faut bien entendu recevoir les garanties voulues. Dans cette optique, il est bon de savoir que les régisseurs sont également tenus de s’affilier à l’IPI et souscrivent dès lors aux règles déontologiques.